Typologie des moments relous à vélo pendant le confinement

le confinement à velo c'est chiant

Si depuis un an tu as produit suffisamment de watts pour éclairer la Tour Eiffel, accumulé plus de D+ dans ta cuisine qu’à la montagne, ou tenté de troquer un rouleau de PQ contre un home trainer, cet article est pour toi. Bienvenue dans cette nouvelle et non exhaustive typologie des moments relous à vélo, édition spéciale confinement/couvre-feu. Chais plus t’as vu.

Le grand vide.

Tandis que le commun des mortels souffrait d’une pénurie de pâtes, de PQ et de farine, force est de constater que l’élite sportive cycliste a quant à elle été victime d’un mal plus terrible encore : la rupture de stock de home trainers. Beaucoup d’appelés mais si peu d’élus. La tension était alors palpable, le suspens intenable. Les prix se sont envolés comme ta FTP après les 12 semaines du FTP Builder ! Mais ta persévérance a fini par payer puisque tu as enfin reçu ton précieux Graal connecté. Dommage, on n’était déjà plus confiné. Enfin presque.

De ce terrible moment, tu as néanmoins retenu une leçon : revoir tous les épisodes de MacGyver pour construire des rouleaux avec des tubes en PVC et les élastiques de tes vieux slips ne t’aura servi à rien.

Visiter NYC pour pas cher depuis ta cuisine.

Tu voulais voir et faire du vélo à New York, Londres ou découvrir le Yorkshire ? Le confinement a réalisé ton rêve. Et en plus sans jetlag.

Essayons de voir le positif (et de préférence pas sur ton test PCR) : tu as eu tout le loisir d’admirer les paysages superbes de Watopia et de faire coucou aux dinosaures en roulant à… 78 km/h.

Et RIDE ON !

Et on fait tourner les… torchons.

À moins de gérer clandestinement un spa, tu auras rapidement vu les limites de ta collection de serviettes. Surtout si tu faisais du HT tous les jours pendant le confinement.

Il a donc fallu te rabattre sur un autre tissu* pour absorber tes litres de sueur. Et quoi de mieux que ce bon vieux torchon bien rêche pour t’essuyer le visage en pleine ascension de l’Alpe du Zwift ? Au moins, maintenant tu sais pourquoi tu étais plus rouge que les autres à la fin de chaque session.

* le gant de toilette n’est pas homologué UCI.

FTP is the new PCR.

En quelques mois, tu as eu le temps de lire 562 articles sur la FTP, voir 432 tutos sur le calcul de la VO2max et de te demander si ce casque à 400 balles allait vraiment te faire gagner 3 watts.

Tes tests à toi, c’était pas des tests PCR mais des tests FTP. Et avec ce que tu t’es mis.e dans le museau sur ton home trainer, y a pas à dire : t’es devenu.e une vraie centrale électrique.

T’avais bien préparé ta masterclass pour ton live Instagram. Dommage, y a avait Top Chef à la télé au même moment.

La Pépégé, c’est chiant.

Pour changer un peu de Watopia, tu t’es essayé.e à la Pépégé (ou préparation physique générale). Après quelques burpees et du gainage, tu as rapidement raccroché le maillot et… commandé un Compex.

Et puis, lire les sous-titres de ta série préférée en faisant la planche, c’est franchement la galère. On est tellement mieux sur son vélo, non ?

Covid Friendly (ou pas).

Une autre source de contrariété à vélo pendant le confinement ? Ouvrir Strava pour y découvrir les sorties du peloton super Covid Friendly, du Cluster Cycling Club et du Social Ride à 28 personnes. Tu as aussi pu constater que la perception des distances et le calcul étaient des données relatives…

Le respect des règles, c’est comme se laver les mains en sortant du métro, du bon sens.

Et c’est sans mentionner le temps superbe qui nous a bien 🖕, marcher pied nu sur ton cuissard après une session Zwift (qu’on se le dise : c’est aussi agréable que marcher en chaussette dans une flaque d’eau…), les bugs de Zwift ou l’absence de motivation.

Maintenant par contre, t’es bien entraîné.e pour la prochaine pandémie. ✌️