PRENDRE SOIN DE SON PÉRINÉE À VÉLO #TMTC

soigner son perinée à vélo conseils

J’ai envie de te parler d’un sujet qui nous touche (et qu’on touche…) de très près : le périnée.

Et par conséquent : les soucis de selle et autres joyeusetés de l’entrejambe quand on fait du vélo.

Pour éviter d’avoir le périnée en feu à vélo, l’entrejambe qui ressemble et fleure bon les Marais Morts du Seigneur des Anneaux, j’aimerais partager avec toi quelques conseils issus de ma propre expérience.

Attention, ça va être hot mon p’tit pote.

Préparer son entrejambe à gravir le Mordor

Acheter une selle adaptée à sa morphologie

Tu l’auras remarqué depuis tes cours d’anatomie au collège, hommes et femmes ont des morphologies différentes. C’est pourquoi les marques proposent des modèles de selles pour les femmes et pour les hommes (mais également pour d’autres pathologies, en témoignent les selles sans bec).

Pour prévenir les frottements et les problèmes d’entrejambe, ça passe donc par l’achat d’une bonne selle. Il existe de nombreuses formes à choisir en fonction de ta morphologie et de ta pratique également. A ce sujet, et n’étant pas spécialiste, je te conseille d’aller regarder l’article sur le site de Probike Comment choisir sa selle de vélo.

Sur certains modèles, et notamment féminins (ou alors à destination des cyclistes qui ont des douleurs au périnée), il y a un canal d’aération (une ouverture qui court au centre de la selle) pour éviter la pression, tandis que d’autres ont des becs inclinés vers le bas. L’objectif d’une bonne selle : réduire la pression sur ton préciiiieux périnée.

Et t’éviter d’avoir mal au cul.

Trouver une position adaptée et régler son vélo

Mais une bonne selle ne fait pas tout et il faut veiller à trouver la position qui vous convient sur le vélo. Soit tu t’offres une étude posturale, soit ton vélociste peut te régler ton vélo, soit tu trouves sur internet un tuto (ndlr : la vidéo de Probikeshop est plutôt bien fichue). Si tu changes entre-temps ta position, comme par exemple de longueur de potence, n’oublie pas de régler ta selle. Crois-en mon expérience.

Investir dans un cuissard de bonne qualité et adapté à sa morphologie

Si tu roules longtemps et régulièrement, tu auras besoin d’un cuissard adapté à ta morphologie ET avec une bonne peau de chamois (qui ne se tasse pas rapidement) pour t’éviter d’avoir les miches et le périnée en feu. Et pour rappel : PAS DE SLIP NI DE CULOTTE dans ton cuissard, laisse-moi respirer tout ça.

Utiliser une crème anti-frottement

J’ai découvert les crèmes anti-frottement avec le triathlon pour éviter les brûlures avec la combi. Ça m’arrive d’en utiliser mais c’est généralement quand j’ai déjà un petit souci à l’entrejambe de type irritation ou un bouton qui est en train de dégénérer en Mont Ventoux. Dans mon quotidien et quand tout va bien, je n’en utilise pas forcément. À utiliser avec parcimonie pour éviter de transformer ton cuissard en piste de bobsleigh. #ÇAGLISSE

Assos, Nok d’Akileine (cette crème magique ne te servira pas que sur le vélo mais peut limiter les problèmes causés par des chaussures neuves en cuir), Rapha ou la marque bio MelTonic en proposent.

Soigner et traiter les problèmes de selle après une sortie

Nettoyer son cuissard après CHAQUE sortie

Déjà, tu vas aller me laver ce cuissard. On évite la prolifération des bactéries et on ne met PAS son cuissard 2 fois de suite sans le laver. Soit tu le laves à la main, soit direction machine à laver (moins de 30°). À noter : des savons spéciaux pour les vêtements de sport et de cyclisme existent (le Active Wear Cleanser by Assos par exemple).

Pour éviter de les abîmer avec les reliefs du tambour, tu peux aussi les mettre dans un filet à linge, ou une taie d’oreiller en coton (ça se barre parfois mais en attendant l’investissement dans le filet, ça peut faire le taf).

Traiter boutons, plaies, poils incarnés & autres joyeusetés côté périnée et zones périphériques

Malheureusement et comme de nombreux cyclistes hommes et femmes, j’ai de l’expérience dans le domaine. Mais ce n’est pas sale.

Voici les conseils et produits qu’on m’a conseillés (et qui ont marché chez moi je précise) pour traiter ces petits soucis :

  • Utiliser quotidiennement des solutions/savons antiseptiques pour désinfecter : Cytheal sous la douche (on évite tout de même les muqueuses) puis Bétadine vaginale pour les plaies qui se rapprochent des muqueuses. Ne pas hésiter à se laver au Cytheal après une sortie en cas de doute ou par prévention.
  • En cas de bouton ou de poil incarné, faire germer le bordel en appliquant de l’Héxomédine transcutanée. Pour ma part, je mets le produit sur un coton, je laisse quelques minutes et je le fais 2/3 fois par jour ou plus. Ça aide à faire sortir relativement naturellement et rapidement (ndlr : en gros sans le presser comme si c’était une putain d’orange à jus) tous ces trucs dégueulasses qui font la magie du corps humain.
  • Tu peux aussi utiliser au quotidien (et si tu as des petits boutons) du savon d’Alep qui a des vertus purifiantes et apaisantes. Pense à regarder le % de concentration d’huile de baie de laurier qu’il te faut en fonction de ta peau. Pour éviter aussi les problèmes de macérations, bien sécher cette zone.
  • Essayer de limiter le vélo (hmmmm…. NON).

« Gomme-toi, gomme-toi, gomme-toi »

Pour éviter les boutons et petits problèmes de peau au niveau de ton entrejambe, que tu sois un homme ou une femme, et plus particulièrement si tu t’épiles les couilles, le SIF ou le maillot : fais régulièrement des gommages et hydrate ta peau. La peau est assez sensible sur cette zone, mais tu peux par exemple réutiliser le marc de café. A condition de ne pas y aller comme une brutasse et de ne pas trop appuyer/insister sur la zone. Si t’aimes avoir mal, prends du papier de verre et…. mets un slip sous ton cuissard.

N’oublie pas d’hydrater régulièrement ta peau.

Conclu-Fion

Tu l’auras compris : la vie n’est pas un long fleuve tranquille pour ton entrejambe. Pour prévenir les soucis de périnée liés au cyclisme, tu peux mettre en place des petits gestes simples qui t’éviteront de futures sorties vélos dans la douleur.

Maintenant que j’ai libéré la parole sur ce sujet délicat et pas forcément hyper glamour, n’hésite pas à partager tes favoris beauté du périnée en commentaires.

Force et périnée ma gueule.

Merci. Bisous. À bientôt.